AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal d'Osmea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
-Ellessar-
Adorable Petit Machin Ailé
Adorable Petit Machin Ailé
avatar

Nombre de messages : 1085
Age : 27
Habitat : Les grands arbres sans bucherons ou les lits douillets
Classe : Disciple d'Eniripsa
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Journal d'Osmea   Mar 1 Juin - 16:53

Le bateau entra lentement dans le port, les vents venant de la terre. On les entendait depuis quelques heures déjà, leur chant réveillant l'équipage. Le bateau avait été rapide et solide, même si on a pas eu à tester ses limites. Un voyage calme, trop calme pour certains, envahit par l'ennui et la routine. Je levais les yeux, quittant à regret la danse des vagues. Ce rythme calme m'allait, au moins on craignait peu pour notre survie ...

Le bateau était amarré et pourtant personne ne descendait encore. Chacun feignait de ranger ses dernière affaires mais tous me regardaient à la dérobée. Ainsi était la règle sur Osmea. Le chef passe devant. Et j'avais été désigné il y a huit jours pour diriger ce groupe, lors de notre départ.

Je sauta sur le quai, me réceptionnant maladroitement, encore habitué au roulis du navire. Je vis apparaitre un petit sourire sur le visage du garde qui nous attendait. le vent semblait rire pour lui. Son armure a moitié retirée lui donnait un air de vacancier, après tout, le front était à au moins trois jours de marche ...

-Veuillez prévenir les messagers de notre arrivée. Nous avons besoin de cartes et de provisions, je ne compte pas passer la nuit ici.
Le bontarien mit un instant à répondre, sans doute pas habitué à recevoir des ordres de plus petit que lui. Son regarde fit rapidement le tour de l'équipage qui descendait lentement.
-Et qui dois-je annoncer ?
-Le groupe Anarto, dirigé par Endoril
A ces noms, une légère surprise mis fin à son sourire et le garde se met au garde à vous avant de se retirer rapidement. Parlerait-on déjà de nous ici ? Avant même notre arrivée ou que l'on fasse le moindre combat ? Ils doivent vraiment avoir besoin d'aide ...

Je regardais les plaines qui s'étendaient à l'horizon. Ainsi voilà Osmea, la terre des vents chantants. Partez de Bonta, prenez au nord à travers les bois et les montagnes. Suivez le chemin caché que les seuls initiés connaissent. Vous arriverez à une péninsule. De là, deux option s'offrent à vous pour continuer votre voyage. Soit vous choisissez d'empreinter le souterrain à moitié effondré et bloqué, soit vous traversez la mer en bateau. Le souterrain a été scellé par mesure de sécurité. Le voyage en bateau prend cinq jours, le vent soufflant toujours dans la direction opposé. Une fois tout cela passé, vous poserez le pied, comme je le fais en ce moment, sur une magnifique terre dont le vent est une musique perpétuelle. Avancez encore un peu et vous verrez l'autre face, une terre où règne la guerre.

Nous ne sommes pas chez nous et ils nous le font bien payer. Ils sont certes peu organisés mais leur puissance n'est plus à prouver. Les doppeuls et leurs nouveaux maîtres se font un plaisir de nous inviter à ce spectacle. Au programme, démonstrations de magies inconnues, embuscades traîtres à travers les landes, rencontres avec l'écosystème de ces terres et avec les guerriers géants. Voyons le bon coté des choses comme nous le propose l'armée, il y a énormément de richesses à ramasser (des cailloux essentiellement), des expériences nouvelles (les batailles sont parfois totalement indescriptibles tellement on a l'impression de marcher dans un rêve) et énormément de choses à découvrir. C'est peu dire ... On a pas encore réussi à communiquer avec eux si ce n'est par les armes, ils utilisent des énergies qui nous étaient inconnues et le laboratoire bontarien est débordé, même si sa taille et ses moyens n'ont rien à envier avec celui d'Otomaï.


Je soupire avant de me mettre en route. la guerre continue et on a besoin de nous. Adieu promenades paisibles entre amis dans le monde des douzes, adieu escarmouches enfantines entre les deux cités. Ô dieux de ces terres, nous arrivons.


Endoril
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal d'Osmea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...
» Journal de l'Infirmerie de Gnomeregan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Force Sram :: La bibliothèque volante :: Les archives passagères-
Sauter vers: