AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Naïve Enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Veng'
Élue Reine du Fleude
Élue Reine du Fleude
avatar

Nombre de messages : 3807
Age : 27
Habitat : Mol
Classe : CM2
Date d'inscription : 01/02/2010

MessageSujet: [BG] Naïve Enfant   Dim 21 Fév - 3:19

Des milliers de choix, des milliers de vies, des milliers d'âmes, des milliers de chemins, des milliers d'histoires.
Parmi celles ci, mon histoire.
Une histoire que j'ai toujours trouvée banale, sans sortir de l'ordinaire, sans vraiment attirer l'attention.
Une histoire que je n'ai jamais racontée. Pourquoi ? Allez savoir, qui intéresse-t-elle de toute façon ?
J'ai toujours dit " Mon histoire est simple, je suis née un jour, ou peut-être était-ce une nuit et je ne suis toujours pas morte" Et pour moi, il n'y a rien de plus vrai.
Mais si certains veulent savoir. Si la curiosité vous pique tant, je veux bien vous en faire part, de mon histoire.
Mon histoire.


Je suis née un jour, ou peut-être était-ce une nuit, qui sait, je n'ai jamais su, mes parents n'ont jamais eu l'occasion de me le dire.
Une journée de Septange, là encore j'ignore laquelle, on fête le début de mon histoire le deux car c'est le jour où mon oncle m'a recueillie.
Mon oncle, justement. Mon oncle, c'est mon père. Incompréhensible, n'est ce pas ? En fait, ma mère avait un unique frère, une seule personne à qui donner son enfant, une seule personne sur laquelle elle pouvait compter, l'Éternel, mon oncle.
Il est, ou peut-être était-il, un grand guerrier Ecaflip aussi rusé que malchanceux aux jeux. Il n'a jamais voulu m'expliquer le pourquoi du comment, me rabâchant que je dois " Trouver la vérité par toi-même".
Il est la première personne que j'ai aimée et la dernière que j'aimerai, un père exemplaire malgré ses quelques défauts.
Nous vivions dans une modeste demeure perchée sur la cité de Sufokia. Sufokia, la plus belle cité jamais construite, je ne comprends toujours pas ce qu'il s'est passé, pourquoi tout ce carnage...
Nous étions trois dans cette maison : l'Eternel, Darky et moi. Darky est le premier enfant de mon oncle, le seul en réalité puisque tous ses autres enfants il les a recueillis. Je pourrais vous parler de son histoire mais sans sa permission, n'y pensez même pas.
Comme je le disais, mes parents n'eurent le temps de rien m'inculquer, arrachée au sein de ma mère, privée des bras de mon père, je n'ai connu que la calme symphonie des vagues s'échouant sur les docks, la douce lumière de la lune qui vient frapper le visage les soirs d'été et le vent salé des mers.
Je me suis auto-proclamée fille de la nature, refusant de me croire issue d'un amour sincère et légitime entre deux êtres humains, leur préférant un monde imaginaire.

Parfois je rêve du passé, de cette maison dans laquelle j'ai grandi, où les mots d'ordre étaient sincérité, humour et joie, cette maison qui me manque tant aujourd'hui.
Je me remémore ces soirées où, à peine âgée de quatre ans, je ramenais mon oncle, ivre mort, de la taverne, le tirant par la main quand il avait gardé un seuil d'alcoolémie raisonnable, par la queue les jours où ils s'était effondré au bar. Les villageois en riaient à gorge déployée, se moquant de mon "père"
Je leur rabattais le caquet d'un coup de pied bien placé et m'en allait la tête haute tout en ignorant dignement leurs remarques, mon paternel me suivant comme un vieux doudou.
Quand j'eus cinq ans, un nouvel ami nous rejoignit, un petit Ecaflip au pelage gris qui passait ses journée le doigt dans la bouche à bafouiller. Quand l'Éternel l'a ramené à la maison, il a été un phénomène de foire et ce pendant un mois entier, Darky et moi restions penché sur son matelas à nous questionner sur ses origines, la raison de sa présence parmi nous.
Aujourd'hui encore il est sans conteste le plus mignon d'entre nous.
Vers l'âge de sept ans, Darky m'autorisa à jouer avec lui dans les ruines de la cité; nous y vécûmes nos plus folles escapades. J'y appris l'histoire de Sufokia en regardant les anciennes gravures entre deux bêtises. Cette ville a un passé surprenant que vous ne pourriez pas même imaginer.
Bien sur, l'entrée dans les Ruines était interdite c'est pourquoi il nous fallait être très prudents et éviter les patrouilleurs embusqués aux quatre coins des souterrains mais parfois on leur tombait quand même dessus et s'engageait alors une immense course poursuite à couper le souffle. Malheureusement pour eux, leurs lourdes armes ne leur permettaient pas de nous courir après bien longtemps et ils devaient s'arrêter au milieu de leur course, hors d'haleine en pestant après nous qui ne leur laissions plus que la vue de nos dos.
Ils nous avaient même trouvé un petit surnom à tous les deux, Darky ayant les cheveux teintés en vert et moi d'une blondeur aveuglante ils s'amusaient à hurler après " La Luciole et l'Or des Ruines qui saccagent le trésor de la Cité".

Cette époque restera la plus heureuse de ma vie à tout jamais.

Nos journées continuèrent dans cette voie des années durant, nous pensions nous établir dans la maison familiale jusqu'à notre retraite, Darky pêchant notre nourriture, Junior la cuisinant et moi retaillant leurs habits usés. Mais il faut croire que rien n'arrive jamais comme on le souhaite.
Les années avaient passé et pitrerie après pitrerie nous avions grandi, bien trop vite à mon goût. J'atteignis mes seize ans deux années après Darky, quatre avant Junior.
Puis un matin nous avons retrouvé la maison vide de toute vie. Nous n'étions plus que trois grands enfants abandonnés au destin, complétement ignares de la vie. Un villageois est venu nous chercher. Il a dit que Luciole, Bouton d'Or et Chaton devaient pardonner à leur oncle et qu'il ne pourrait pas revenir. Il a aussi dit que nous devions quitter la maison très vite car quelqu'un d'autre en avait besoin.
Alors nous avons rassemblé nos affaires et nous sommes partis, tous les trois.
Nous avons pris la direction d'Astrub, accompagnés par Klinx et Gattina, un Sacrieur et une Ecaflipette qui nous protégèrent de tous les dangers jusqu'à ladite Ville. Ils sont des personnes dont je me souviendrai toujours car mes premiers amis et mes premiers compagnons d'arme. Une fois arrivés ils ont du nous quitter, nous laissant au milieu d'une foule d'Astrubiens au langage incompréhensible et aux propos encore plus obscurs.
Dans ma hâte de m'en sortir je perdis mes deux frères, j'espérais les retrouver plus tard mais Dame Malchance semblait s'acharner sur moi, je ne les revis plus avant des années. C'est fou qu'une simple foule puisse changer une vie, je m'en rends seulement compte maintenant. Une simple quantité de personnes trop importante, n'y prenez pas garde et tout sera chamboulé, tout.
Je me retrouvais seule dans l'immensité de ce monde, seule parmi tous, seule, si seule.
Mais rien n'est jamais perdu, en tant que Disciple de Sacrieur je ne pouvais pas me laisser aller au chagrin alors qu'un avenir entier se dessinait devant moi.
J'ai pris mon courage à deux pieds et me suis élancée dans la petite bourgade, hurlant à pleins poumons à qui voulait l'entendre que je serai la plus grande Sacrieuse de l'Histoire et que rien ni personne ne pourrait m'arrêter.


Tout ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BG] Naïve Enfant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sondage pour mon futur nabcast pour enfant.
» Un enfant humain rp
» L'enfant sauvage
» L'enfant Voodoo
» Enfant du chaos, graaaaaaaahhhh :twisted:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Force Sram :: La bibliothèque volante :: Les archives passagères-
Sauter vers: